Vous êtes ici : Accueil > Nos agricultures > Cultures de la Guadeloupe

Cultures de la Guadeloupe

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Surface et tonnage des principales cultures

ProductionsSurface (ha)Tonnage
Canne à sucre13 754

590 299
canne broyée

Cultures fruitières2 907 
Cultures légumières2 35928 841 
Tubercule5044 370
Horticulture 1123.66 
Forêt

71 538 

-

Source : Agreste données 2016 - 1 chambre d'agriculture de la Guadeloupe 2016


Zoom sur ... la banane

 20162015201420132012
Exportations 
en tonnes
66 20862 23372 90971 11764 862
Prix payé au producteur
en € / kg
0.640.620.580.580.58
Prix arrivage quai ou frontière
en € / kg
0.740.730.700.700.71

Source : CIRAD et LPG 

La filière comprend 200 producteurs et est organisée en un seul groupement. 
sensibilité de la production aux aléas climatiques
 

 


Zoom sur ... la canne à sucre

La production

 20162015

Cannes broyées (en tonnes) dont

     usines

     distilleries

590 299 (-11 %)

524 386  (-11 %)

65 913 (-10 %)

659 880

586 344

73 536

Sucre produit (tonnes)41 552 (-32 %)61 084
Richesse en saccharine (%)7.59.28
Production de rhum (HAP)174 27278 161 

Source Agreste - statistique agricole annuelle
1 Hectolitre d'alcool pur

Commentaire
20 % de la production agricole
Source de revenu d'une grande partie des exploitations agricole. Deux usines traitant 92 % des cannes (à Grande Terre (GARDEL) et Marie Galante (SRMG).
9 distilleries en rhum agricole

 

Le prix

Prix payé aux planteurs (€ / t)

20162015

Fabrication de sucre part usine

26.11 (-21 %)32.94
Fabrication de sucre part Etat (AGP)31.20 (+23 %)25.39
Rémunération bagasse10.85 (+60 %)6.8

Fabrication de rhum agricole
distilleries

59.13 (+2%)58

 

 


Zoom sur ... les cultures maraîchères

Les 5  principales cultures légumières

Productions20162015
HectaresTonnageHectaresTonnage
Melon2946 0202834 563
Tomate3235 0613084 327
Concombre3593 9673393 736
Pastèque1593 2251502 903
Christophine682 283681 734

Source - Agreste statistique agricole annuelle

Commentaire
fort potentiel de la filière qui représente 28 % de la valeur de la production agricole (hors banane). Secteur qui se développe grâce aux circuits de proximité qui doit se structurer pour assurer une stabilité des prix et une régularité des approviosnnements.
Enjeux opérationnels :

  • satisfaire la demande locale
  • favoriser la commercialisation (melon et ananas) sur l'Union Européenne
  • en maraichage, organiser la collecte et les livraisons pour les mises en marchés locales


Les filières : producteurs & enjeux

  • Filière fruitière : augmenter la production pour satisfaire la demande locale, notamment la transformation
  • Filière melon : 27 producteurs, une IGP Melon de la Guadeloupe, 2 organisations de producteurs, 
  • Filière ananas : 500 producteurs - Enjeu de la filière : Développer la production en offrant de nouvelles variétés et élargir les débouchés.
  • Filière tubercule : 850 producteurs, une culture traditionnelle - enjeu pour la production d'IGNAME : planifier la production et en améliorer la qualité. Diversification variétéle concentrée sur des cultivars à forte valeur ajoutée. 
  • Filière horticole : 2501 producteurs

Zoom sur ... l'horticulture

La production globale  de fleurs coupées correspond à 123.66 ha, soit 0.37 % de la SAU et 62 producteurs. La plupart  des cultures florales se situent en Basse Terre, où le climat est propice à leur développement. 

Repères économiques 2017 

 Surface en production (ha)Productions commercialisablesPrix moyen des fleurs €valeur estimée de la production €
Anthurium standard21.351 708 0000.841 434 720
Alpinia purpurata45.551 913 1000.601 147 860
Alpinia rosea22.51 075 9000.60645 540
Heliconia tropic181 124 9000.60674 940
Rose de porcelaine764 8000.6038 880
Autres fleurs tropicales9.56647 0001.00194 100
Total123 666 860 050 4 965 010

 

 

Commercialisation

1/ La vente aux touristes
 C’est une vente réalisée sur place mais la destination finale des fleurs est l’Europe. Seuls les producteurs placés sur les circuits touristiques  sont plus efficients profitent de cette clientèle. 
Certains ont fait preuve d’ingéniosité en proposant aux touristes en plus des fleurs, des coffrets de produits locaux transformés. 

2/ Les ventes courantes
Il s'agit des ventes pratiquées entre les producteurs et leurs clients sur un point de vente situé dans leur commune ou dans une commune environnante. Les ventes ont lieu  1 à 2 fois par semaine. Leurs clients sont assez diversifiés.

3/ Les revendeurs:

Ce sont des clients potentiels qui achètent régulièrement des fleurs tropicales et des anthurium mais en petite quantité pour diversifier leur gamme maraichère sur les étals.  Ces achats représentent 2 à 4 % de la vente des producteurs.

Il existe aussi des revendeurs spécialisés en fleurs : environ 30% de leur étal est composé de fleurs tempérées( roses chrysanthème glaïeul œillet etc…) en plus des fleurs tropicales. Ces revendeurs sont très dynamiques, ils proposent aux touristes des colis de fleurs qu’ils livrent directement à l’aéroport à leur départ.

4/ Les fleuristes locaux:

Au nombre de 70 environ, ils achètent des fleurs tempérées, ce qui constitue près de 95% de leurs produits de vente. Cette situation traduit le goût marqué des Guadeloupéens pour ce type de fleurs. Un peu plus de 50% des fleuristes achètent des  fleurs tropicales, surtout ceux  installés dans les communes à vocation touristique. Les fleurs tropicales représentent environ 60% de leur vente près 200 à 500   tiges sont vendues par semaine. 
 En revanche la  grande majorité des fleuristes achètent des anthurium  hybrides ou standard durant toute l’année près de la totalité des fleurs d’anthurium sont écoulées sur le marché local

5/ La Vente par correspondance encore peu développée

Ce type de vente est pourtant rémunérateur puisqu’il permet de supprimer les intermédiaires et présente de nombreux avantages, dont un paiment sécurisé et la constitution d'un fichier client.