Vous êtes ici : Accueil > L'Actualité proche de vous > La sécheresse, une situation très préoccupante pour les agriculteurs : Demande de mise en place du Comité ad'hoc

La sécheresse, une situation très préoccupante pour les agriculteurs : Demande de mise en place du Comité ad'hoc

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Les exploitations agricoles déjà fragilisées par la crise sanitaire actuelle doivent désormais faire face à une sécheresse d’une rare intensité.

Les conséquences ?

- Un très fort ralentissement de la relance économique de l’activité agricole et des pertes en prévision.

Pour apporter rapidement des solutions à ses ressortissants, la chambre d'agriculture de Guadeloupe a demandé au Préfet de Région la mise en place du Comité de sécheresse.

 

  • Le secteur agricole est durement impacté par la sécheresse

En l’absence de pluie significative et avec une distribution de l’eau agricole fortement diminuée voire impossible sur certaines zones, la production agricole locale est mise en péril.

Dans de telles conditions les agriculteurs ne peuvent relancer pleinement leur activité économique. Et pour cause, nous observons déjà les conséquences dramatiques du manque d’eau sur les productions végétale et animale :

- Une baisse significative sur les rendements,

- un report des plantations,

- l’abandon des parcelles déjà plantées,

- la destruction des surfaces fourragères,

- des charges supplémentaires consécutives aux achats d’aliments,

- l’absence de croissance des animaux d’engraissement…

  • Les mesures prises par les autorités au 26 mai 2020

Vu le déficit pluviométrique constaté, la baisse des débits des cours d’eau, les difficultés de distribution en eau sur plusieurs communes de la Guadeloupe, la Préfecture a publié un arrêté préfectoral portant restrictions provisoires en matière d’usages de l’eau.

Ces restrictions s’appliquent sur la majeure partie du territoire de la Guadeloupe et portent en particulier sur les usages domestiques / socio-professionnels ainsi que sur les usages agricoles et industriels.

L’arrêté préfectoral DEAL/971-2020-05-18-003 précise de manière détaillée les restrictions retenues pour chaque usage.

On note que l’utilisation de l’eau pour l’usage agricole est restreinte à la fois pour l’irrigation collective et individuelle.

  • Pour l’irrigation collective :

Les gestionnaires de réseaux collectifs doivent mettre en œuvre une gestion de crise (exemple : des tours d’eau).

Dans le cas contraire, l’irrigation par aspersion (hors micro-aspersion) sera autorisée de 17h à 21h et de 6h à 10h.  De plus, les volumes de prélèvements autorisés doivent être réduits d’au moins 30%.

  • Pour l’irrigation individuelle :

Les prélèvements sans compteur ou sans registre sont interdits.

Les volumes prélevés doivent être consignés dans un registre de façon hebdomadaire. Les volumes journaliers prélevés sont réduits de 50%. L’irrigation par aspersion (hors micro-aspersion) sera autorisée de 17h à 21h et de 6h à 10h.

  • Une pluviométrie exceptionnellement basse en mai 2020

Sur la principale station départementale, nous observons un déficit pluviométrique par rapport aux normales saisonnières.

Ce déficit pluviométrique débute en octobre 2019 et se prolonge sur le premier semestre 2020.

Ce mois de mai 2020 peut d’ores et déjà être considéré comme  étant exceptionnellement sec, avec un cumul des pluies de 13.2 mm (enregistré au 25/05/20).

Un tel déficit pluviométrique est de l’ordre de 90% par rapport à la normale saisonnière !


Contact : 

Christophe RAMIN
0690 31 33 98
ramin.c@guadeloupe.chambagri.fr 

Point télévisé du Président Patrick SELLIN sur la sécheresse